L’Insee vient de publier un article sur l’évolution récente de la fécondité en France :

Baisse de la fécondité en France : tous les âges et tous les niveaux de revenus sont concernés, Isabelle Robert-Bobée et Sabrina Volant, INSEE FOCUS, N°136, 13/12/18, //insee.fr/fr/statistiques/3675496

L’article commence ainsi : « La fécondité diminue légèrement en France depuis 2015 ».

J’ai un petit désaccord avec l’Insee là-dessus.

En effet, pour soutenir ce résultat, l’Insee s’appuie sur les données France entière dont la série est discontinue puisqu’elle intègre Mayotte à partir de 2014. Mayotte, c’est tout petit, mais les femmes y ont eu 5,01 enfants en moyenne en 2016. Avec ou sans Mayotte, le différentiel est d’un peu plus d’un enfant pour cent femmes. L’introduction de Mayotte en 2014 génère donc un petit gain de fécondité qui a conduit à interpréter l’évolution 2006-2014 comme fluctuant autour de 2,00 enfants par femme. 2,00 enfants par femme, c’est la moyenne calculée sur les 9 années allant de 2006 à 2014.

L’examen de l’évolution de l’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF)[1] pour la France métropolitaine et pour la France hors Mayotte[2], donc à champ constant, amène à voir les choses un peu différemment (graphique ci-dessous). L’idée d’une stabilité de la fécondité de 2006 à 2013 tient moins bien la route, surtout si on resitue la période sur les vingt dernières années. Alors, on voit que l’ICF a plutôt augmenté, même si c’est avec des fluctuations jusqu’à atteindre 2,03 enfants par femme en France et 2,02 en France métropolitaine en 2010, point le plus haut sur vingt ans. Ensuite il diminue, doucement d’abord de 2010 à 2013-2014, où il atteint un plateau, pour reprendre une baisse plus abrupte jusqu’en 2017. Cette année-là, l’indicateur conjoncturel de fécondité est descendu à 1,85 enfant par femme en France métropolitaine. Depuis 2010, l’ICF en France métropolitaine a perdu 0,17 point, ce que je ne qualifierai pas de « légère » baisse. On ne comprend d’ailleurs pas très bien pourquoi, dans sa publication, l’Insee s’est arrêté en 2016, année pour laquelle l’estimation est aussi provisoire qu’en 2017, année déjà disponible par ailleurs sur le site de l’Insee.

Évolution de l’indicateur conjoncturel de fécondité de 1998 à 2017 (pour cent femmes).
Données provisoires à partir de 2015. Source : Insee.
Seule la courbe noire en traits pleins (France entière, avec Mayotte à partir de 2014) figure dans la publication de l’Insee. Elle commence en 1995 et s’arrête en 2016. En 2005, l’écart entre la série France métropolitaine et France entière est anormalement important (6 pour cent femmes alors qu’elle n’était avant que de 2 pour cent femmes).

Les femmes ont leurs enfants de plus en plus tard et, avec l’âge, le rattrapage tardif est moins facile. C’est l’évolution des taux de fécondité après 30 ans qui explique la courbe ascendante de l’ICF jusqu’en 2010. Ensuite, cette tendance persiste pour les 35-39 ans jusqu’en 2014, alors que la fécondité des femmes âgées de 25-29 ans baisse dès 2010, plus nettement encore à partir de 2014 et que celle des moins de 25 ans baisse aussi, plus sensiblement à partir de 2012. En 2017, si l’on excepte les 40-50 ans, les taux sont à la baisse à tous les âges (graphique ci-dessous).

Évolution des taux de fécondité (pour cent femmes) par groupe d’âges de 1998 à 2017 en France métropolitaine. Données provisoires de 2015 à 2017. Source : Insee.

Immigrées/ Natives

L’ICF en France est calculé en additionnant les taux rapportant le nombre de naissances par âge de la mère enregistrées à l’état civil au nombre de femmes à chaque âge. Ce n’est pas faisable pour les immigrées. La distinction nécessaire à leur repérage n’existe pas à l’état civil. Un substitut possible aurait été de calculer un ICF pour les femmes nées à l’étranger, distinction figurant dans l’état civil. Mais ce n’est pas la solution retenue par l’Insee qui a mobilisé les campagnes de collecte des enquêtes annuelles de recensement. Ainsi, celle de 2005 peut donner une idée des naissances en 2004 et ainsi de suite. L’Insee donne la série de l’ICF calculé pour les années 2012 à 2016 à partir des collectes de 2013 à 2017. L’ICF tourne autour de 2,7 enfants par femme pour ces cinq années. Puisque l’Insee a consenti à donner une série, ce qu’il répugne à faire généralement considérant que les enquêtes annuelles de recensements ne sont comparables que tous les cinq ans à partir de l’addition de cinq campagnes[3], pourquoi ne pas avoir commencé avec l’année 2004, première campagne du nouveau recensement ?

Par ailleurs, je suis étonnée qu’à partir des campagnes de recensement on retombe, pour l’ensemble de la France hors Mayotte, pile sur les données calculées à partir de l’état civil et publiées par ailleurs pour la France, mais y compris Mayotte (tableau ci-dessous).

Capture d’écran de Focus Insee N° 136.

La relative stabilité de la fécondité des immigrées et la baisse de celle des natives se traduisent mécaniquement par une participation progressivement plus importante des immigrées à l’indicateur conjoncturel de fécondité.

Reste que le faible impact des femmes immigrées sur la fécondité suscite toujours beaucoup d’incrédulité. Ces femmes sont plus jeunes et ont plus d’enfants. C’est vrai, mais l’indicateur conjoncturel de fécondité a pour fonction d'éliminer les effets de la structure par âge, puisqu’il est une addition des taux de fécondité par âge.

Dans une publication précédente consacrée à l’apport démographique, en 2011, de l’immigration étrangère depuis 1960, j’avais estimé l’effet sur l’ICF en 2010 de cet apport démographique à 0,14 enfant (soit 7 %), alors que, sans cette immigration, c’est 27 % des naissances qui auraient manqué (//www.erudit.org/fr/revues/cqd/2015-v44-n2-cqd02448/1035952ar/).

Si, par construction, la contribution des immigrées à l’indicateur conjoncturel de fécondité est relativement faible, tel n’est pas le cas de leur contribution aux naissances sur lesquelles les effets d’âge et de surfécondité jouent à plein.

 

On aimerait que l’Insee soit moins taiseux sur les subtilités de ses calculs et les effets de changements de champ géographique. Par ailleurs, puisqu’il semble abandonner le dogme des cinq ans, il pourrait, peut-être, finir par porter plus d’intérêt à l’établissement de séries qui pourraient, qui sait ?, finir par être mises en ligne, avec toutes les précautions et signalements d’usage et avec autant de (p) pour provisoire que l’Insee le jugerait utile.

_____________

[1] L’indicateur conjoncturel de fécondité est la somme des taux de fécondité par âge.

[2] J’ai évalué l’écart entre France entière et France hors Mayotte en 2016 à partir de la moyenne pondérée (par le nombre de femmes en âge d’avoir des enfants âgées de 15-49 ans) des ICF des régions avec ou sans Mayotte. Cela n’a pas été facile de trouver les données adéquates sur le site de l’Insee et j’ai dû passer par Google pour les dénicher. La médiocrité du site de l’Insee est une publicité indirecte pour Google.

[3] Les données de recensement officielles sont celles tirées de l’addition de cinq campagnes. 2006 additionne ainsi les campagnes de 2004 à 2008. L’Insee recommande de ne comparer les données de 2006 qu’avec celles de 2011 puis celles de 2017 quand on les aura (pas avant 2020).