Le Grand Rendez-Vous Europe 1 Cnews du 20 mars 2022

De la nécessité, pour les politiques aussi, de réfléchir avant de parler

24 mars 2022

  

Adrien Quatennens et le seuil de pauvreté

Adrien Quatennens était le premier invité d’Europe1 Cnews, pour la France insoumise, le 20 mars 2022 dans l’émission Le Grand Rendez-Vous.

Il insista sur la lutte contre la pauvreté. Pour cela, Jean-Luc Mélenchon allait, s’il était élu président, « augmenter les salaires […], faire en sorte que personne, quelle que soit sa condition sociale, n’ait à subir l’humiliation qui consiste à vivre sous le seuil de pauvreté »[1].

J’ai bien peur que, même en cas de victoire de Jean-Luc Mélenchon, il y ait encore des Français sous le seuil de pauvreté. En effet, d’après la définition de l’Insee (qui est aussi celle d’Eurostat) « Le seuil de pauvreté est fixé par convention à 60 % du niveau de vie médian[2] de la population. Il correspond [en 2019] à un revenu disponible de 1 102 euros par mois pour une personne vivant seule et de 2 314 euros pour un couple avec deux enfants âgés de moins de 14 ans »[3]. Si Jean-Luc Mélenchon venait à être élu, on continuerait de calculer un niveau de vie médian, lequel varie, d’ailleurs, fortement d’un pays à l’autre dans l’UE. En 2019, s’il était ainsi de 21726 euros par an en France, il était le plus élevé au Luxembourg et au Danemark (respectivement 37 844 et 30 681 euros) et le plus bas en Roumanie et en Hongrie (respectivement 4267 et 4612 euros)[4].

Marion Maréchal me cite de manière inappropriée

Marion Maréchal était la deuxième invitée, pour Reconquête, du Grand Rendez-vous du dimanche 20 mars. À cette occasion, elle m’a citée mal à propos. D’après elle, j’aurais réalisé des projections de population qui expliqueraient que, si la tendance actuelle se poursuivait, le « peuple historique » pourrait devenir minoritaire d’ici 2060 dans une « France africaine »[5].

Je n’ai jamais réalisé les projections dont parle Marion Maréchal. Je ne la soupçonne pas d’avoir inventé, mais d’avoir évoqué quelque chose qu’on lui a dit ou qu’elle a lu et dont elle se souvient mal. Je crois qu’elle faisait référence aux projections de populations d’origine étrangère réalisées par Giampaolo Lanzieri, chef adjoint d’Eurostat, institut de statistique de la Commission européenne, et publiées en 2011[6]. Ce travail avait été conduit dans le cadre du scénario Convergence 2008-2060[7] des projections de population d’Eurostat.

Je l’évoque dans le troisième chapitre de mon livre Assimilation, la fin du modèle français, p. 82-87. Comme dans tout travail de projection, il y a, inévitablement, beaucoup à dire sur les choix et hypothèses d’une telle entreprise. Sans entrer dans les détails, ce n’est pas vraiment la population d’origine étrangère que projette Giampaolo Lanzieri mais quelque chose qui se rapproche plus de l’apport démographique de l’immigration de 2008 à 2060.

En ne retenant que les deux scénarii les moins problématiques, la projection arrivait aux résultats suivants par grands groupes d’âges (tableau 8 p. 87 de mon livre).

Tableau 8.- Résultats en 2061 des projections de population « d’origine étrangère » de Giampaolo Lanzieri par groupe d’âges, mesurant plutôt l’apport démographique de l’immigration nette[8] (%)

Modèle 2

 

0-14

15-39

40-64

65+

Espagne

51,4

49,7

43,0

35,2

Italie

37,7

36,7

33,9

24,3

Allemagne

50,0

48,2

41,0

28,8

Royaume-Uni

41,7

41,3

36,7

25,8

France

21,1

20,1

18,4

15,8

Modèle 3

 

0-14

15-39

40-64

65+

Espagne

58,2

54,7

44,4

35,2

Italie

52,2

45,5

36,5

24,3

Allemagne

55,2

51,6

42,3

28,8

 

Modèle 2 : les personnes nées à l’étranger sont sans descendants en 2008 et leur fécondité ne se distingue pas de celle des natifs.

Modèle 3 : Modèle 2 + fécondité variable selon que la mère est née à  l’étranger ou non.

Les résultats sur la France sont peu crédibles, puisqu’on sait déjà que, tous âges, 21,5 % de la population est d’origine étrangère sur deux générations en 2020, à comparer à 18,7 %, proportion attendue en 2061, d’après la projection (modèle 2) de Giampaolo Lanzieri. Pour la France, ce dernier n’a pas mobilisé les données qui auraient permis de distinguer la fécondité des femmes nées dans le pays de celles nées à l’étranger. D’où l’absence de la France dans le modèle 3.

Mais, même lorsqu’on ne tenait pas compte de la fécondité différentielle des femmes nées à l’étranger, l’ « apport démographique » représentait déjà, en 2061, près de la moitié des moins de 40 ans en Espagne et en Allemagne. C’était aussi le cas de l’Italie, si l’on en tenait compte. Il me semble que c’est peut-être le vague souvenir de ces données qui a fait dire à Marion Maréchal ce qu’elle a dit au micro d’Europe 1 Cnews le 20 mars.

 

Nous courrons tous, un jour ou l’autre, le risque de nous tromper, mais c’est particulièrement vrai des politiques qui sont censés maîtriser de nombreux sujets sur lesquels ils risquent d’être pris en défaut. Ils auraient donc, eux aussi, intérêt à préparer plus sérieusement leurs prestations médiatiques.



[2] Le niveau de vie médian est celui qui partage la population en deux parties égales. Le niveau de vie est calculé, dans un ménage, en attribuant un poids aux différents membres de ce ménage. Le premier adulte compte pour 1, les autres membres du ménage d’au moins 14 ans pour 0,5 et les enfants de moins de 14 ans pour 0,3. Le niveau de vie du ménage est le revenu disponible divisé par le total obtenu en ajoutant ces différents poids. Pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans, ce revenu disponible sera divisé par 2,1. https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1890.

[3] « L ‘essentiel sur la pauvreté », Chiffres clés, Insee, 10/11/2021, https://www.insee.fr/fr/statistiques/5759045#:~:text=Le%20seuil%20de%20pauvret%C3%A9%20est,de%20moins%20de%2014%20ans.

[6] Fewer, older and multicultural ? Projections of the EU populations by Foreign/National Background, Eurostat, European Commission, Methodologies and Working papers,  décembre, 2011, https://www.researchgate.net/publication/258210329_Fewer_Older_and_Multicultural_Projections_of_the_EU_populations_by_ForeignNational_Background/link/0deec5273e6c0b81c2000000/download.

[7] Par convergence, EUROSTAT entend une convergence des indicateurs démographiques à très long terme (2150).

[8] Entrées-sorties.