La théorie du « grand remplacement », de l’écrivain Renaud Camus aux attentats en Nouvelle-Zélande

L’un des terroristes de Christchurch a repris à son compte le concept de « grand remplacement », forgé par l’écrivain français d’extrême droite Renaud Camus.

Samuel Laurent, Maxime Vaudano, Gary Dagorn et Assma Maad Publié le 15 mars 2019 à 18h30 - Mis à jour le 15 mars 2019 à 22h01

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/03/15/la-theorie-du-grand-remplacement-de-l-ecrivain-renaud-camus-aux-attentats-en-nouvelle-zelande_5436843_4355770.html

 

Les décodeurs du Monde se sont mis à quatre pour écrire une condamnation de l’idée de grand remplacement de Renaud Camus, suite aux attentats de Christchurch.

Je m’attacherai ici plus particulièrement à la partie statistique de leur texte.

Je les cite :

« Pour la résumer grossièrement, cette théorie a deux volets. D’une part, ce qui se présente comme un “constat” démographique : du fait d’une immigration “massive” et d’une fécondité plus forte, les populations d’origine extra-européenne seraient en passe de surpasser numériquement les populations “d’origine” (c’est-à-dire caucasiennes) en Europe – et, du même coup, d’imposer leur culture et leur religion au continent. »

Vient ensuite un encadré titré bien imprudemment «ÉCLAIRAGE » :

Cet "ÉCLAIRAGE" commence par diverses considérations sur le caractère profondément raciste de la théorie du grand remplacement, dont je ne sois pas sûre que les décodeurs en apportent la preuve à travers ce qu’ils écrivent : « la théorie est d’essence raciste, puisqu’elle se fonde sur la question de la couleur de peau et de l’ethnie comme critères d’appartenance. Peu importe qu'une personne soit née en France de parents français depuis plusieurs générations, si elle n'est pas “caucasienne”, elle est donc un élément du “remplacement”. » Ce que j’ai lu de Renaud Camus indiquait qu’il ne considérait pas seulement « les indigènes français », mais y ajoutait « les individus ou familles qui se sont assimilés à eux ou qui désirent le faire »[1]. Si son idée de remigration est moralement problématique et politiquement impraticable, ce n’est peut-être pas la peine d’en rajouter.

Cet "ÉCLAIRAGE" se poursuit ainsi :

« Du reste, les chiffres contredisent l’essentiel de la thèse. Même en comptant très largement les migrants et descendants de migrants non européens, on peine à parvenir à 5 % de la population française ».

Les auteurs renvoient alors à un autre article, signé par Frédéric Joignot, sur le même sujet mais qui parle d’autre chose : « Ces immigrés venus du Sud [Maghreb, Afrique subsaharienne et Asie] qui font si peur aux théoriciens du “grand remplacement” représentent donc 5 % de la population française. »[2]

Les deux textes portent sur un champ géographique un peu différent : Maghreb, Afrique subsaharienne, Asie, dans un cas et Hors d’Europe dans l’autre.

Mais, surtout, il ne visent pas non plus le même ensemble : immigrés (c’est-à-dire nés à l’étranger avec une nationalité étrangère) pour Frédéric Joignot ; migrants et descendants de migrants pour Samuel Laurent, Maxim Vaudano, Gary Dagorn et Assma Maad.

L’année de référence est 2012 dans le texte de Frédéric Joignot. On suppose que c’est aussi le cas pour les décodeurs.

Restons sur une année proche de celle retenue ici et pour laquelle ont peut détailler suffisamment les origines.

Voici ce que l’on obtient en 2011 à partir de l’enquête Famille et du recensement de la même année :

-       5 % de personnes sont des immigrés originaires du Maghreb, d’Afrique subsaharienne ou d’Asie. Ce qui confirme le chiffre de Frédéric Joignot ;

-       mais 11 % sont d’origine extra-européenne sur deux générations (immigrés et enfants d’au moins un parent immigré), et non 5 % comme annoncé dans l’article[3].

11 % est bien loin de la majorité impliquée par l’idée de grand remplacement, prise au pied de la lettre. Ce n’est donc pas la peine de jouer très en-dessous, au prix de confusions qui décrédibilisent les décodeurs.

On se demande d’ailleurs si ces décodeurs en ont joué sciemment ou s’ils sont les victimes de leur propre incurie, car ils se sont mis à quatre pour se tromper.

Comment, après cela, leur faire confiance ?

Par ailleurs, Renaud Camus ne se fonde pas sur les statistiques pour appuyer l’idée de grand remplacement. Il ne leur accorde aucun crédit et préfère se fonder sur les perceptions communes[4], ce qui l’amène à écrire pas mal de bêtises.



[1] cf. 2017, dernière chance avant le Grand Remplacement, Renaud Camus, Entretiens avec Philippe Karsenty ; M la maison d’édition, Paris, 2017,p. 10.

[2] « Le fantasme du « grand remplacement » démographique », Le Monde, 23 janvier 2014. https://www.lemonde.fr/politique/article/2014/01/23/le-grand-boniment_4353499_823448.html.

[3] Tribalat M., « Une estimation des populations d’origine étrangère en France en 2011 », Espace Population Sociétés, 2015-1-2, https://journals.openedition.org/eps/6073.

[4] « Le Grand Remplacement ne peut pas être une théorie qui ne s’appuie que sur du vent puisqu’il n’est pas une théorie. Il ne s’appuie pas sur du vent, il s’appuie sur le regard, sur l’expérience quotidienne, sur l’évidence, sur le chagrin […] Ça ne relève en aucune façon de la preuve, et moins encore des chiffres… », 2017, op. cit., p. 27-28.

Après être retournée sur le site du Monde le 26 mars 2019 en soirée, j'ai pu constaté que la bévue avait été corrigée : 5 % a été remplacée par 12 %.

Le texte est resté le même.

Les décodeurs n'ont pas trouvé utile de s'expliquer sur la correction effectuée !

C'est dur de reconnaître ses erreurs, surtout lorsqu'on s 'est affublé du statut de "décodeur" !